Trop sensible ?

par | Juin 11, 2020 | Pleine Conscience

Aussi loin que je me souvienne, j’ ai entendu «ne sois pas si sensible». Combien de fois ai-je souhaité «ne pas être aussi sensible».  Je vis tout très intensément, tant au niveau des 5 sens, qu’émotionnellement .
Parfois c’est douloureux , parfois c’est chaleureux . Peut-être cela vous est familier?

Ma curiosité m’a amené à découvrir le travail de la psychologue américaine Elaine Aron,  dont le thème de recherche est l’hypersensibilité́. Cela m’a permis de comprendre ce mode de fonctionnement différent du cerveau, qui serait génétique, et qui amène à vivre les évènements avec beaucoup plus d’intensité́.

La pratique de la méditation de pleine conscience m’a permis de me familiariser naturellement, sans aucun médicament, avec cette sensibilité, qui a longtemps été déstabilisante et m’a conduit à un état d’épuisement physique et psychique tant que je le vivais, comme nombre d’entre nous, comme une fragilité, voir une faiblesse. Car tel était ce que m’a renvoyé l’environnement dans lequel j’ai grandi et évolué. Une société prompte à tout étiqueter et juger. Étiquettes auxquelles nous finissons par nous identifier inconsciemment.

Je ne remercierai jamais assez la petite voix intérieure qui m’a amené à pratiquer la méditation de pleine conscience. Progressivement dans cette rencontre intime avec moi-même dans un premier temps, j’ai pu réaliser que ce n’était pas cette sensibilité à fleur de peau qui « était un problème » mais la manière dont je l’abordais, ma relation à cette sensibilité, à l’être que je suis au final, mettre en lumière une lutte permanente.

Pas à pas l’apprivoiser,

« Qu’est-ce que signifie « apprivoiser »?  C’est une chose trop oubliée, dit le renard.
Ça signifie « créer des liens… »  « Le petit prince »- Saint Exupéry

Au fil de la pratique j’apprends à être avec moi , à embrasser l’expérience aussi inconfortable soit elle, éveillée à cultiver les qualités qui soutiennent le processus de résilience et de croissance: compassion, patience, tendresse envers la souffrance générée inconsciemment par des croyances limitantes.

De manière plus large, nous sommes tous.tes par essence unique et différent.es,  comprendre notre nature intrinsèquement sensible est essentielle. La sensibilité n’est-ce pas l’expression de notre humanité?. En soit elle n’est pas « un problème ».
Dans la  rencontre intime avec notre expérience du moment, à laquelle nous invite la présence attentionnée, nous pouvons expérimenter dans chacune de nos cellules que c’est notre relation à notre sensibilité, notre rapport à elle, et en définitive à notre être, qui fait la différence. Et cette relation ne dépend que de nous. Il n’y a que nous qui pouvons ressentir ce que nous sentons et en prendre soin. Ce processus est très soutenant et libérateur. Point de baguette magique! C’est un engagement de soi à soi et au-delà de la manière dont nous nous engageons dans ce monde et dont nous sommes en relation les uns avec les autres.

A la lumière de cette présence curieuse et amicale je déc-ouvre toute les nuances de ma sensibilité, en étant plus attentive à mon ressenti, je suis plus à même de reconnaitre et respecter mes besoins au moment même. Comme celui de minimiser le temps que je passe dans un endroit qui submerge mes sens de manière désagréable (bruits , odeurs, luminosité…). J’apprends à faire des choix plus judicieux dans ma manière de nourrir ma vie au sens propre comme au figuré, attentive à ce que je choisis de cultiver dans le jardin de mon esprit et de mon cœur.

Et dans les situations où « je n’ai pas le choix » par exemple: l’attitude des autres, un  accident, une maladie ou simplement le temps qu’il fait … ,  je me rappelle que j’ai toujours le choix de mon attitude : bienveillance, compassion, douceur, patience, …

Les attitudes que nous cultivons dans le cadre de la pleine conscience, sont le terreau fertile sur lequel elle peut se déployer et porter ses fruits. Je les aborderai dans un prochain article.

Les choix que nous faisons chaque jour sont puissants.
Ils peuvent nous nourrir ou nous drainer énergétiquement. Ils peuvent nous enfermer dans le cercle vicié de la souffrance et du désenchantement ou nous réveiller, nous permettre d’explorer de nouvelles voix/ voies. Ils peuvent nous déconnecter les uns des autres ou cultiver l’amour, la connexion et la paix.

Une partie du pouvoir de la pleine conscience réside dans le fait qu’elle nous permet de faire des choix éclairés qui mènent à une vie plus saine, plus significative et plus épanouissante

C’est un apprenti-sage, cela demande d’être clair.e sur son intention car c’est elle qui guide notre attention.  Cela peut juste être au plus près de ce qui est soutenant pour naviguer au mieux les turbulences du moment.  Et parfois c’est simplement reconnaitre le brouillard interne, la douleur présente qu’elle soit physique et/ou émotionnelle et accueillir avec compassion les vagues d’incertitudes, de peurs, de tristesse qui nous traversent.

Je vous offre pour terminer ce partage une des métaphores qui m’est le plus utile dans ma vie de tous les jours et qui m’a été transmise par Tara Brach, une de mes lumineuses guides spirituelles avec laquelle j’ai participé il y a quelques années à ma première retraite silencieuse.

Il s’agit de la métaphore de l’océan, avec la compréhension que toutes les pensées, sensations et émotions sont des vagues qui bougent à travers nous.
Nous sommes l’océan, non pas les vagues, nous ne sommes pas définis.es par elles, ni limités.es par elles.
Lorsque nous nous rappelons que nous sommes l’océan, nous n’avons plus peur des vagues.
Si nous oublions que nous sommes l’océan, nous aurons le mal de mer presque tous les jours.

Le champ de la pratique n’est autre que notre propre vie.
Face à l’incertitude, aux défis auxquels nous sommes individuellement et collectivement confrontés que choisissez-vous de cultiver ?

Voici une simple invitation pour cette semaine : être curieux.se de ce qui émerge lorsque vous choisissez de faire des pauses conscientes tout au long de vos journées, plus pleinement présent.e et que vous laissez vos actions et vos mots émerger de cette qualité d’attention bienveillante ?

Je suis curieuse de vous lire et /ou de vous entendre lors des sessions hebdomadaires gratuites en ligne tous les mardis via Zoom L’opportunité de vous familiarisez et d’être soutenu.e dans la pratique de la méditation de pleine conscience.

Cet article vous a intéressé ?  Merci de le partager!